Tolède vu depuis Eurostar Hotel - Miss Ségo

Début avril, j’étais invitée 3 jours pour découvrir la viande sauvage d’Europe. Entendez par là, la viande de gibier sauvage. Le séjour était organisé par l’association interprofessionnelle de la viande de gibier sauvage, Asiccaza, qui mène pendant 3 ans une opération soutenue par l’Union Européenne pour mettre en valeur les qualités et avantages de la viande sauvage européenne en Espagne mais aussi en France. Sa devise est « Viande sauvage d’Europe, nature à l’état pur ».

Départ donc le lundi 1er avril dans l’après-midi pour Madrid par avion où une partie de nos hôtes nous ont accueillis chaleureusement avant de partir vers la finca El Castañar au sud de Tolède (pour que vous situiez Tolède, c’est à environ 70kms au sud de Madrid).

La finca El Castañar

Nous sommes donc arrivés à la finca de nuit (finca signifie ferme en français). Le lieu est très vaste. Il s’agit en fait d’un domaine de chasse qui s’étend sur plusieurs milliers d’hectares et où le gibier évolue en totale liberté, sans aucune intervention de l’homme. Le lieu où nous avons pris le repas et dormi ressemble à un petit village. C’est vraiment très charmant.

Finca El Castañar - Tolede - Espagne - Miss Ségo

Le lendemain matin, après un petit déjeuner sucré salé, nous sommes partis à la découverte du domaine en 4×4. Un vrai plaisir de se retrouver dans cette nature où nous avons vu de nombreux animaux : mouflons, daims, vautours, lapins, aigle royal, taureaux, cochons…

Il faut savoir que le domaine est divisé en deux parties, l’une pour le gros gibier (cerfs, chevreuils, sangliers…) et l’autre pour le petit gibier (lapins, lièvres, perdrix…).

Finca El Castañar - Tolede - Espagne - Miss Ségo
Le château du domaine
Finca El Castañar - Tolede - Espagne - Miss Ségo
Finca El Castañar - Tolede - Espagne - Miss Ségo
Le domaine possède sa propre oliveraie et sa vigne (photo au-dessus)

Lors de la saison de chasse, quelques battues sont organisées. Il s’agit ici de quelque chose de très organisé et réglementé, différent de ce que l’on peut penser en France. Il faut tout d’abord que le chasseur paie sa participation à la battue. Cela peut aller de plusieurs centaines à plusieurs milliers d’euros. Ensuite, ils ont un quota de gibiers à abattre et chaque pièce doit ensuite aussitôt subir des tests vétérinaires.

Suite à cela, le gibier est transporté dans un camion frigorifique avant de subir de nouveaux tests et être préparé afin d’être vendu et exporté. La viande de gibier venant d’Espagne se vend surtout en Espagne, en France, en Allemagne et en Italie. Le gibier étant sauvage, cela en fait une viande d’une grande qualité nutritionnelle, tout d’abord parce qu’elle est maigre mais aussi pour ses apports en vitamines et minéraux dus à l’alimentation du gibier.

Ecole hôtelière de Tolède

Suite à notre petit safari, nous sommes revenus à Tolède pour découvrir l’école hôtelière. Ce jour-là, Javier Chozas, chef, était présent pour enseigner aux élèves comment cuisiner la viande de gibier sauvage. Nous avons donc fait un tour en cuisine pour observer les élèves avant de passer à la dégustation d’un repas gastronomique proposant une variété de plats composés de gibier sauvage.

Le menu était composé de 14 plats (6 entrées, 4 plats et 4 desserts). Nous avons pu déguster entre autres du tartare de cerf, des boulettes de palombe, un macaron cacao avec de la perdrix à l’escabèche, un beignet de fromage-cerf-ail noir, un taco de canard à l’orange en entrée. Virent ensuite un œuf à basse température avec de la viande sauvage, du riz à la croûte de lapin et aux artichauts, du sanglier rôti avec des légumes de saison, pour finir avec de la longe de cerf. Les desserts étaient bien entendu des desserts sans viande et tout aussi délicieux que tout ce que nous avons mangé précédemment. Voici un aperçu en photos.

Pour ceux qui ne sauraient pas, sachez que l’on peut aussi manger dans les écoles hôtelières en France pour un prix plus que raisonnable.

Nous logions à l’hôtel Eurostar* de Tolède. Ce dernier offre une magnifique vue sur la ville (mais pas pour toutes les chambres !).

Hotel Eurostar Tolede Espagne - Miss Ségo

Chez Adolfo Muñoz

Le soir venu (nous étions sortis de table à 17h30), vers 21h15, direction le restaurant Adolfo en plein centre de Tolède. C’est l’un des plus réputés de la ville.

Adolfo  nous a accueilli avec sa fille et nous a fait visiter sa cave qui comprend plus de 2000 références d’alcools (vins, rhums, champagnes…). Nous avons commencé par prendre un petit apéritif dans sa cave en dégustant un bon verre de vin blanc pour accompagner de la viande séchée de gibier arrosée d’un simple filet d’huile d’olive.

Nous sommes ensuite retournés en salle pour déguster un nouveau repas gastronomique. Le chef Adolfo cuisine du gibier mais pas que. Nous avons pu manger des produits de la mer également. Les portions sont généreuses. Nul doute que lorsque l’on fait un seul restaurant dans la journée, c’est bien, mais quand c’est le deuxième, certains plats étaient un peu trop copieux pour moi. Pour autant, cela n’empêche pas le fait que je me suis régalée !  Chez Adolfo, le menu du chef revient à 78€.

Le mercredi…

Le mercredi matin, nous avons donc visité une usine de préparation et découpe de gibier sauvage. La saison de la chasse étant finie, nous avons donc eu uniquement les explications sur le processus de préparation sans le voir de nos yeux. Dans un sens, c’était mieux pour moi. Mon estomac étant bien plein, je ne sais pas si j’aurais pu supporter la vue des gibiers dépecés… La visite était cependant très intéressante. On a pu voir qu’il y avait un réel soin apporté à la viande pour que celle-ci soit parfaite avant d’être expédiée fraiche ou congelée.

Etant dans une telle région, vous devez vous douter que l’artisanat du cuir fait partie des activités qui fonctionnent. Nous sommes donc allés visiter un petit atelier qui traite et fournit notamment le cuir pour la marque Vuitton : Abel Guttiérez Serrano. Je n’ai pas pu résister, j’ai acheté un joli petit sac à bandoulière ! Je suis faible devant des sacs ! Haha !

Nous avons terminé notre séjour par le restaurant étoilé de Pepe Rodriguez, El Bohio, situé au nord de Tolède. Il faut savoir que Pepe Rodriguez est un des chefs star du Masterchef espagnol.  La façade ne paie pas de mine mais la déco intérieure est magnifique. Nous avons mangé dans une salle splendide. Là encore, mes papilles se sont régalées. Pepe Rodriguez met à l’honneur la viande de gibier sauvage qu’il considère comme un produit d’exception.

Restaurant El Bohio Pepe Rodriguez masterchef Tolede Espagne Miss Ségo Gastronomie Gibier viande sauvage Europe
Restaurant El Bohio Pepe Rodriguez masterchef Tolede Espagne Miss Ségo Gastronomie Gibier viande sauvage Europe
Restaurant El Bohio Pepe Rodriguez masterchef Tolede Espagne Miss Ségo Gastronomie Gibier viande sauvage Europe

Pour finir…

En conclusion, je sais que la chasse est une activité décriée mais il faut savoir que, en Espagne en tout cas, cela génère près de 54000 emplois et concerne directement ou indirectement pas moins de 5 millions de personnes dans des secteurs tels que l’hôtellerie, la distribution et le marketing. Ce n’est pas rien. La chasse a également le mérite de réguler la population de gibiers sauvages (les sangliers notamment sont connus pour se reproduire en nombre). De plus, mes oncles sont chasseurs, occasionnels certes, mais chasseurs quand même. J’ai toujours plus ou moins mangé du gibier, notamment du lapin, du sanglier et du cerf, mais ce voyage m’a fait découvrir le gibier sous un autre jour.

Nous sommes repartis avec d’excellents produits offerts par Eduardo Fernandez Garcia de  Torrecaza : saucisson, chorizo, viande séchée et pâtés de sanglier, cerf… Merci à lui !

Encore merci à Karine, Juan Andres, Ramon et Jaime pour leur accueil et leur gentillesse.

Vous pouvez retrouver plus d’informations sur le programme d’Asiccaza sur leur site et sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter et Instagram.

Rendez-vous sur Hellocoton !

One thought on “A la découverte du gibier sauvage en Espagne”

Laisser un commentaire